Menu

Home

Contact

Kringgroepen

Cercles

Lidmaatschap

Devenir Membre

Rasstandaard

Standard de Race

Informatie

Information

De Dobermann

Le Dobermann

Fokkers

Eleveurs

Pups

Chiots

Kampioenen

Champions

Resultaten

Résultats

Links

Liens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rasstandaard - Standard de Race

Nederlands

 

Français

 

Standard FCI N° 143  / 14. 02. 1994 / F

 

TRADUCTION : Dr. J-M. Paschoud et Prof. R. Triquet.

 

ORIGINE : Allemagne.

 

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 14.02.1994.

 

UTILISATION : Chien d’accompagnement, de protection et d’utilité.

 

CLASSIFICATION F.C.I. :

Groupe 2  Pinscher et Schnauzer, Molossoïdes et Chiens de Montagne et de bouviers suisses.

Section 1  Pinscher et Schnauzer.

Avec épreuve de travail.

 

BREF APERCU HISTORIQUE : Le Dobermann est la seule race en Allemagne à porter le nom de son célèbre premier éleveur Frédéric Louis Dobermann (2.1.1834 – 9.6.1894). Selon la tradition, il était recouvreur d’impôts, gérant d’un équarissage et accessoirement employé municipal légalement patenté pour le ramassage des chiens errants. Pour son élevage, il choisissait dans ce stock des chiens spécialement mordants. Dans la genèse de la race Dobermann, ce sont certainement des chiens appelés « chiens de boucher » qui ont joué un rôle prépondérant, chiens qui, dans les circonstances de l’époque, peuvent être considérés comme une « race » relativement bien établie. Ces chiens, en partie les ancêtres des actuels Rottweiler, ont été croisés avec une sorte de chien de berger à la robe noir et feu qui existait en Thüringe. C’est par de tels croisements que Dobermann a élevé des chiens dans le courant des années 70 du siècle dernier. Il obtint ainsi « sa race », un chien d’utilité non seulement vigilant, mais aussi un « chien de ferme et un chien

de protection des biens particulièrement résolu face à l’homme. » Ils furent souvent employés comme chiens de garde

et de protection des troupeaux et comme chiens de police. Leur utilisation fréquente au service de la police leur valut

le surnom de « chien de gendarme ». A la chasse, on les utilisait pour combattre les prédateurs. Dans ces conditions, il était presque inévitable que dès le début de ce siècle, le Dobermann fût officiellement reconnu comme chien de police.

L’élevage du Dobermann recherche un chien de taille moyenne, construit en force, musclé, qui, malgré toute sa substance, se distingue par une silhouette pleine d’élegance et de distinction. Il doit avoir toutes les qualités du chien de compagnie, de protection, d’utilité et de famille.

 

ASPECT GENERAL : Le Dobermann est de taille moyenne, construit en force et bien musclé. Par ses lignes élégantes, sa fière prestance, son caractère bien trempé et son expression résolue, il correspond à l’image idéale du chien.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES : Le Dobermann, surtout le mâle, est pratiquement inscriptible dans un carré.  Chez le mâle, la longueur du tronc (mesurée de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse), ne doit pas dépasser

de plus de 5% (chez la femelle pas plus de 10%) la hauteur au garrot.

 

COMPORTEMENT / CARACTERE : Le Dobermann est fondamentalement aimable et pacifique; dans le cadre familial, il est très attaché et gentil avec les enfants. On recherche un tempérament et un mordant d’intensité moyenne

tout comme un seuil absolu de réponse moyen. Facile à éduquer et plein de zèle au travail, le Dobermann doit être efficace, courageux et d’un caractère bien trempé. Etant donné qu’il est très attentif à ce qui se passe autour de lui, son attention étant adaptée aux circonstances, on apprécie qu’il soit sûr de lui et impavide.

 

TETE

 

REGION CRANIENNE :

Le crâne est fort et en harmonie avec l’ensemble du chien; vu de dessus il a la forme

d’un coin tronqué. Vu de devant, la ligne transversale du sommet du crâne doit être presque horizontale et ne pas descendre sur le côté vers les oreilles. Le profil du chanfrein est prolongé presque en ligne droite par celui du crâne qui ensuite descend vers la nuque en formant un léger arrondi. Les arcades sourcilières sont bien développées sans être proéminentes. Les sillon médio-frontal est encore visible. L’os occipital ne doit pas être trop visible. Vu de devant et de dessus, les faces latérales du crâne ne doivent pas donner l’impression d’être saillantes (joufflues). La légère courbure latérale du maxillaire et des os zygomatiques doit s’accorder harmonieusement avec la longueur du crâne. Les muscles sont fortement développés.

Stop : La dépression crânio-faciale est peu développée, mais parfaitement perceptible.

 

REGION FACIALE :

Truffe : Bien développée, plus large que ronde avec de grandes narines, sans être proéminente dans son ensemble. 

Chez les chiens noirs elle est de couleur noire, chez les chiens marron elle est d’un ton plus clair correspondant.

Museau : Bien proportionné par rapport au crâne et fortement développé, le museau est haut. La fente buccale doit

aller jusqu’au niveau des molaires. Au niveau des incisives supérieures et inférieures, le museau doit aussi présenter

une bonne largeur.

Lèvres : Elles doivent être fermes et lisses, bien appliquées sur les mâchoires et assurer une fermeture parfaite de la gueule. Pigmentation foncée; chez les chiens marron d’un ton quelque peu plus claire.

Mâchoires/dents : Les mâchoires supérieures et inférieures sont puissantes et larges. Articulé en ciseaux avec

42 dents correspondant à la formule dentaire, d’un développement normal.

Yeux : De grandeur moyenne, ovales, de couleur foncée. Chez les chiens marron une couleur d’un ton quelque peu

plus clair est admise. Les paupières épousent bien la forme du globe oculaire. Bord des paupières fourni de cils.

Oreilles : Attachées haut et coupées à une longueur bien proportionnée à la tête, elles sont portées dressées. 

Dans les pays où la coupe des oreilles est prohibée, l’oreille non coupée est de même valeur pour le jugement que

l’oreille coupée (on recherche une oreille de grandeur moyenne dont le bord antérieur est bien accolé à la joue).

 

COU :

D’une longueur bien proportionnée au corps et à la tête, il est sec et bien musclé. Son profil ascendant dessine

une arcure élégante. Son port est relevé et distingué.

 

CORPS :

Garrot : Surtout chez les mâles, il doit être nettement sorti; sa hauteur et sa longueur déterminent la ligne de dessus qui

est ascendante à partir de la croupe.

Dos : Solide et court, de bonne longueur et bien musclé.

Rein : De bonne longueur et bien musclé. La chienne peut avoir un rein un peu plus long pour faire place aux mamelles.

Croupe : A partir du sacrum en direction de la racine de la queue elle n’est que très peu, presque imperceptiblement inclinée; d’un aspect bien arrondi, elle n’est ainsi ni horizontale ni visiblement tombante. De bonne largeur avec une musculature puissante.

Poitrine : La hauteur et la longueur de la poitrine doivent être bien proportionnées à la longueur du tronc; avec ses

côtes légèrement cintrées, sa hauteur doit atteindre à peu près la moitié de la taille mesurée au garrot. Elle est d’une

bonne largeur et particulièrement bien développée vers l’avant (poitrail).

Ligne du dessous : Depuis l’extrémité postérieure du sternum jusqu’au bassin le ventre est nettement relevé.

 

QUEUE :

Attachée haut, elle est courte, étant coupée de manière à maintenir d’une façon apparente deux vertèbres caudales. 

Dans les pays, où la loi proscrit la caudectomie, la queue naturelle peut être conservée.

 

MEMBRES

 

MEMBRES ANTERIEURS :

Dans leur ensemble, les antérieurs, vus de tous côtés, sont presque droits et perpendiculaires au sol; ils sont de forte constitution.

Epaules : L’omoplate, fermement appliquée sur le thorax, bien musclée des deux côtés de l’épine scapulaire, domine les apophyses épineuses des vertèbres dorsales. Aussi oblique que possible et bien dirigée vers l’arrière, elle fait par rapport à l’horizontale un angle d’environ 50°.

Bras : De bonne longueur et bien musclé. L’angle scapulo-huméral varie entre 105° et 110°.

Coudes : Bien appliqués au corps, pas tournés en dehors.

Avant-bras : Fort et droit, bien musclé. Sa longueur est en harmonie avec l’ensemble du corps.

Carpe : Solide.

Métacarpe : Ossature solide; vu de devant, d’aplomb; vu de profil obliquité seulement esquissée (au plus 10°).

Pied antérieur : Pied court avec doigts serrés et cambrés (pied de chat). Ongles courts, noirs.

 

MEMBRES POSTERIEURS :

Dans son ensemble, vu de derrière, à cause de la puissante musculature du bassin (hanche et croupe), le Dobermann donne l’impression d’être large et arrondi. Les muscles qui vont du bassin à la cuisse et à la jambe donnent une largeur également appréciable dans la région de la cuisse, du grasset et de la jambe. 

Les postérieurs sont puissants, perpendiculaires au sol et parallèles.

Cuisse : D’une bonne longueur et largeur et fortement musclée. Bonne angulation de la hanche. La cuisse forme par rapport à l’horizontale un angle d’environ 80° à 85°.

Grasset : L’articulation du grasset, formée par la cuisse, la jambe et la rotule, est robuste. L’angle du grasset atteint environ 130°.

Jambe : De longueur moyenne, en harmonie avec la longueur de l’arrière-main.

Jarrets: Moyennement forts, parallèles, formant entre les os de la jambe et ceux du métatarse un angle du jarret

d’environ 140°.

Métatarse : Court, perpendiculaire au sol.

Pied postérieur : Comme pour le pied antérieur, les doigts du pied postérieur sont courts, bien serrés et cambrés. 

Ongles courts, noirs.

 

ALLURES :

Les allures sont d’une importance toute particulière aussi bien pour la performance que pour l’apparence externe. Le pas est élastique, élégant, souple, dégagé et couvre beaucoup de terrain. Les antérieurs se portent aussi loin en avant que possible. Les postérieurs fournissent l’impulsion nécessaire par l’ampleur et l’élasticité de leurs mouvements. Le chien avance simultanément l’antérieur d’un côté et le postérieur de l’autre. Le dos, les ligaments et les articulations sont résistantes.

 

PEAU :

La peau, partout parfaitement tendue, est bien pigmentée.

 

ROBE

 

POIL :

Le poil est court, rude et serré. Lisse et bien couché, il est réparti régulièrement sur toute la surface du corps.  Aucun sous-poil n’est admis.

 

COULEUR :

Les couleurs sont : noir ou marron, avec des marques feu de teinte rouille bien prononcées et nettement délimitées. Les marques feu se trouvent sur le museau, en forme de taches sur les joues et au-dessus des yeux, sur la gorge, au poitrail (deux taches), sur les métacarpes et métatarses, aux pieds, à la face interne des cuisses, au pourtour de l’anus et à la pointe des fesses.

 

TAILLE ET POIDS :

Hauteur au garrot : Mâles 68 – 72 cm.

                             Femelles 63 – 68 cm.

Pour les deux sexes, une taille moyenne est recherchée.

                       

Poids : Mâles environ 40 – 45 kg.

           Femelles environ 32 – 35 kg.      

 

DEFAUTS :

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

  • Aspect général : Caractères liés au sexe trop peu prononcés – peu de substance – trop léger – trop lourd – enlevé – ossature faible.

  • Tête : Trop forte, trop étroite, trop longue, stop trop/trop peu marqué, chanfrein busqué, ligne transversale du crâne descendant fortement de côté, mandibule faiblement développée, œil rond ou bridé, œil clair, joues en relief, lèvres non jointives, œil saillant/enfoncé, oreilles attachées trop haut/trop bas, commissure labiale lâche.

  • Cou : Un peu court, trop court, peau de l’encolure trop abondante, fanon, encolure concave dite de cerf, cou trop long (dysharmonique). 

  • Tronc : Dos pas assez ferme, croupe avalée, dos ensellé, dos de carpe, côtes en tonneau/plates, poitrine trop          descendue ou trop étroite, dos trop long dans son ensemble, poitrail trop peu développé, queue attachée trop haut/trop bas, ligne de dessous trop/trop peu remontée.

  • Membres : Angulations des antérieurs/des postérieurs trop/trop peu accentuées, coudes décollés, position et longueur des os et des articulations incompatibles avec le standard, pied panard/cagneux, jarrets de vache/en tonneau/trop clos, pieds ouverts ou affaissés, doigts insuffisamment développés, ongles clairs.

  • Robe : Marques et taches feu trop claires/pas nettement délimitées/sales (charbonnées), masque trop foncé, grandes taches noires sur les membres, taches à peine visibles/trop étendues sur le poitrail, poil long/mou/terne/ondulé, plages glabres ou avec poil éclairci, poil en larges épis surtout sur le tronc, sous-poil visible.

  • Comportement-Caractère : Absence d’équilibre psychique, tempérament trop accusé, mordant trop prononcé, seuil de réponse trop bas/trop haut.

  • Taille : Un écart par rapport au standard jusqu’à 2 cm en plus ou en moins sera pénalisé par une qualification moindre.

  • Allures : Démarche irrégulière, raccourcie, raide, amble.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :

  • Caractère : Chien peureux, nerveux ou agressif.

  • Aspect général : Renversement marqué des caractères liés au sexe.

  • Oeil  : Oeil jaune (œil d’oiseau de proie), yeux vairons.

  • Denture : Prognathisme supérieur ou inférieur, articulé en pince, nombre de dents n’atteignant pas celui exigé par la formule dentaire.

  • Robe : Taches blanches, chien à poil d’une longueur très prononcée ou d’une ondulation très marquée, poil nettement éclairci ou larges plages glabres.

  • Taille : Ecart de plus de 2 cm en plus ou en moins par rapport au standard.

Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.

 

N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.